Veuillez mettre à jour votre navigateur.

Il semble que vous utilisez une ancienne version du navigateur Microsoft Edge. Pour bénéficier d'une meilleure expérience sur le site internet de Busch, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Contact
Belgique

Les revêtements antireflet sont un vrai plus en optométrie

Les couches délicates sont créées sous vide

Les verres avec des revêtements antireflet augmentent le niveau de confort des porteurs de lunettes et améliorent la qualité des verres complexes. Le revêtement antireflet est appliqué sous vide poussé.

Les revêtements antireflet ne se contentent pas d'améliorer sensiblement le confort des porteurs de lunettes, ils contribuent également à leur sécurité. Sans une telle précaution, ces porteurs seraient confrontés à de nombreux reflets. La nuit, par exemple, les phares d'un véhicule approchant par l'arrière pourraient dangereusement éblouir le porteur de lunettes.

L'exigence de bonnes images

Les lentilles des microscopes, des télescopes, des caméras et des appareils photo sont également pourvus de revêtements antireflet. Sans revêtement antireflet un zoom composé de dix éléments ou plus n'aurait aucun sens : une partie de la lumière réfléchie serait toujours renvoyée vers la lentille suivante. Dans la mesure où ce reflet en aller-retour croît de manière exponentielle avec le nombre de lentilles, il en résulte des taches lumineuses extrêmement gênantes sur l'image ou un voile flou par-dessus.

Le reflet se produit au niveau de la séparation entre l'air et le verre. Un revêtement antireflet entrave cet effet en créant des cloisonnements supplémentaires : une couche transparente extrêmement fine faite d'une substance différente est appliquée sur la surface du verre. Cela signifie que la lumière tombe sur deux obstacles réfléchissants – entre l'air et le revêtement, et entre le revêtement et le verre.

Interférence destructive

Ainsi, deux reflets se produisent et les rayons séparés parcourent chacun une distance différente. Les ondes n'oscillent plus de manière synchrone lors de leur retour. Si le creux d'une onde rencontre maintenant la crête d'une autre, ces deux ondes vont s'annuler. En optométrie cela se nomme une interférence destructive. Et si vous appliquez plusieurs couches pour créer plusieurs obstacles, l'effet de réflexion peut être presque complètement éliminé.

Les différentes couches ne font que quelques nanomètres d'épaisseur. Pour produire des couches aussi délicates, on utilise un procédé appelé Dépôt physique en phase vapeur (PVD). Le matériau de revêtement solide est évaporé au moyen de diverses méthodes ou atomisé par bombardement ionique, puis appliqué sur les lentilles. Toutes ces méthodes ont un point commun : elles nécessitent un réservoir de vide dans la mesure où ce procédé ne fonctionne que sous vide poussé. Le groupe Busch propose une large gamme de pompes à vide pour cette utilisation.

Empilement de couches sur les verres de lunettes

Des matériaux transparents ayant un indice de réflexion différent de celui du verre sont utilisés pour créer des revêtements antireflet. Un effet antireflet de haute qualité est généré en empilant plusieurs couches de ces matériaux. La qualité de la lentille dépend fortement de l'uniformité de ces couches. Le même principe s'applique aux autres couches fonctionnelles appliquées aux verres de lunettes actuels.

Une couche de polarisation, également nommée filtre polarisant, veille à ce que les ondes lumineuses verticales réfléchies ne traversent pas le verre et ne pénètrent pas dans l'œil. Les ondes lumineuses de ce type sont principalement créées par réflexion, par exemple lorsque la lumière du soleil rebondit sur une chaussée mouillée. Le filtre polarisant minimise l'éblouissement et facilite également une vision plus riche en contraste tout en améliorant la perception des couleurs.

Une couche antistatique empêche l'accumulation de charges statiques et de forces d'attraction indésirables. Une couche avec un effet lotus rend plus difficile l'adhérence de la saleté et du gras de la peau sur la lentille. Elle permet également aux gouttelettes d'eau de glisser. Une couche élastique dure protège la lentille, qui est généralement en plastique relativement souple, contre les petites rayures et autres effets mécaniques. Pour des raisons fonctionnelles, la couche durcie doit être appliquée directement sur la lentille. Le revêtement antireflet et d'autres finitions spéciales sont alors appliqués par-dessus. Une fois les couches adhésives complémentaires appliquées, il peut y avoir dix couches ou plus sur le côté d'une lentille.