Un capteur de vent en matériaux high-tech - Les voiles à membrane modernes sont laminées sous vide

Un capteur de vent en matériaux high-tech - Les voiles à membrane modernes sont laminées sous vide

Les yachts à voile modernes captent le vent à l'aide de voiles à hautes performances pour lesquelles la géométrie, la matière et le débit de fibre sont calculés de manière très précise. Le vide s'avère indispensable pour relier les diverses couches de tissus high-tech.
Sailing-1.jpg

Les premiers Polynésiens ont conquis le Pacifique avec de simples pirogues à balancier. dont les voiles étaient confectionnées à l'aide de feuilles de pandanus tressées. Dans d'autres régions du monde, les marins utilisaient des toiles faites à partir des fibres disponibles telles que le lin, l'ortie, la laine, le coton ou la soie. Parfois, la manière dont ils maîtrisaient la puissance de l'air en mouvement était inefficace. Après tout, ces toiles étaient tout sauf résistantes au vent. Elles terminaient aussi complètement gorgées d'eau et n'étaient pas protégées contre la moisissure et les parasites.

Les fibres synthétiques font bouger les choses

Il n'est pas surprenant que les fibres et films synthétiques se soient rapidement imposés dans la fabrication des voiles. À moins d'être nostalgique des voiles à l'ancienne, on ne peut pas nier que les toiles modernes sont supérieures aux toiles traditionnelles dans tous les domaines. Elles sont pratiquement immunisées contre la putréfaction jusqu'alors inévitable ; elles sont bien plus légères, tout en étant plus stables et comme elles ne sont pas poreuses, elles sont donc imperméables à l'air, ce qui leur permet de capter parfaitement le vent. C'est une autre raison pour laquelle les yachts d'aujourd'hui sont beaucoup plus rapides que les anciens. Alors que ces derniers traversaient habituellement les océans à une vitesse inférieure à dix nœuds, certains bateaux qui participent à la Coupe de l'America ont déjà atteint une vitesse supérieure à 50 nœuds (soit près de 100 km/h !). Les voiles, dont la surface peut couvrir une superficie de plusieurs centaines de mètres carrés, sont soumises à des forces proportionnellement élevées par vents forts. Ces forces seraient bien trop importantes pour des voiles tissées de manière classique, même si elles étaient fabriquées à partir de fibres synthétiques modernes.

Multicouches et tridimensionnelles

Les fabricants de voiles répondent aux exigences de la navigation moderne en proposant des voiles à membrane, aussi appelées voiles laminées ou à film. Leurs fibres très stables sont faites de matières haute technologie telles que le polyester modifié, l'aramide, le carbone ou le polyéthylène. Ces fibres sont collées à une fine membrane porteuse, ou travaillées directement dans cette dernière. Elles sont alignées de telle sorte qu'elles fonctionnent essentiellement dans la direction des charges les plus élevées. Des couches supplémentaires peuvent aller dans d'autres directions de traction. Les voiles des maxi-yachts peuvent contenir jusqu'à 400 épaisseurs. Les diverses couches sont disposées de la manière souhaitée, exigeant souvent un travail manuel complexe. Au cours de ce processus, les voiles reçoivent également le profil tridimensionnel souhaité. La liaison entre les couches est alors créée par laminage. Dans cette étape de fabrication décisive, la toile presque finie est emballée sous vide et imprégnée de résine synthétique. Le film est appliqué et évacué à l'aide d'une pompe à vide, de sorte que la résine puisse pénétrer les pores et être répartie de manière optimale. La pression naturelle de l'air assure alors une pression de contact homogène, et une parfaite distribution du liant.


Il est possible de répondre à cette question en donnant un chiffre : 2 602 mètres carrés. Ce chiffre correspond à la taille de la plus grande voile individuelle sur les sept mers du globe. Il s'agit du spinnaker du voilier à un mât Perseus^3, lequel a été construit en 2015 sur le chantier naval italien Perini Navi. La voile a été spécialement conçue pour ce bateau, car il n'existait jusqu'alors pas de toile suffisamment résistante pour de telles dimensions. Sa surface dépasse la surface totale de la voilure de nombreux trois mâts majestueux. Le Perseus^3 a aussi beaucoup à offrir à cet égard, avec une surface record de 10 000 mètres carrés. Son mât de 75,8 mètres sur lequel est accroché la gigantesque voile est considéré comme le troisième mât le plus haut du monde. Cela signifie que le yacht ne peut pas traverser le canal de Panama, et est trop haut pour passer sous le Pont des Amériques.
 


Abonnez-vous à notre newsletter « World of Vacuum » !
Abonnez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les dernières nouvelles du monde fascinant du vide.

S'ABONNER

* Ich möchte den vierteljährlich erscheinenden „World of Vacuum"-Newsletter von Busch per Email erhalten. Diese Einwilligung kann jederzeit am Ende des E-Mail-Newsletters widerrufen werden.

Vous souhaitez en savoir plus ?
Contactez-nous directement ( Busch France ):
+33 (0) 1 69 89 89 89 Contactez-nous