Rechapage de pneus de grande qualité - Le vide au service du recyclage de pneus

Rechapage de pneus de grande qualité - Le vide au service du recyclage de pneus

Les pneus rechapés sont en mesure de satisfaire aux hautes exigences en matière de qualité et de sécurité, actuellement en vigueur. Ils permettent ainsi d'économiser de l'argent tout en protégeant l'environnement. L'une des principales étapes du procédé de rechapage est la vulcanisation à froid sous vide.
Tire-Recycling-1.jpg

Les pneus rechapés souffrent d'un problème d'image. Toutefois, cela est moins dû à leur qualité réelle qu'à la persistance de retours défavorables. Lors des prémices du rechapage, certains événements regrettables se sont en effet produits, notamment des pneus éclatés. Cependant, ces problèmes ont été résolus depuis longtemps. Même les principaux fabricants de pneus proposent aujourd'hui des pneus rechapés.

L'argument principal en faveur de ces pneus est bien entendu leur prix, significativement moins élevé que celui des pneus neufs. Cette nouvelle s'est répandue, notamment parmi les propriétaires de camions. La part de marché des pneus reconditionnés en Allemagne est d'environ 40 % pour les pneus de camion. Le rechapage permet également d'économiser sur les matières premières et l'énergie, réduisant ainsi l'empreinte écologique. Dernier point et non des moindres, il est logique de ne remplacer que la pièce réellement usée, à savoir la bande de roulement.

Tests et reconditionnement

Pour rechaper un pneu usé, ce dernier est tout d'abord minutieusement inspecté, ce qui inclut un test de pression sur les carcasses présentant des dommages apparents. Les pneus usagés appropriés sont ensuite acheminés jusqu'à la machine de polissage, qui enlève la couche externe de la bande de roulement comme un tour de précision, et lisse toutes les irrégularités. Le matériau résiduel est collecté puis recyclé. Après le polissage, des spécialistes formés à cette fin inspectent à nouveau le pneu à la recherche d'éventuels dommages, et le réparent si nécessaire. La gomme de liaison est alors appliquée pour remplir et niveler les zones nécessitant des réparations.

Ensuite, tout comme pour la production de pneus neufs, la bande de roulement est découpée à la longueur exacte et posée précisément. Cependant, dans le cas du rechapage par vulcanisation à froid, le pneu est déjà fourni avec le profil souhaité. Les parois latérales peuvent également être reconstruites, si nécessaire.

Vulcanisation à froid sous vide

Les différentes couches sont fermement collées les unes aux autres lors du procédé de vulcanisation à froid dans un autoclave. La vulcanisation à chaud, utilisée pour les pneus neufs, nécessite des températures encore plus élevées. La vulcanisation est réalisée à haute pression, et à des températures situées entre 95 et 110 degrés Celsius. Lors de ce procédé, les chaines de polymères des différentes couches sont liées les unes aux autres. De plus, il est primordial que la pression soit exercée de manière continue et homogène.

Pour garantir cela, les pneus sont tout d'abord enveloppés de membranes en caoutchouc élastique. L'air est entièrement évacué de la membrane avant que le tout ne soit transféré dans l'autoclave. Dans cette dernière, le vide est de nouveau relâché après un certain temps, mais il reste néanmoins un écart constant entre la pression dans l'autoclave et la pression dans la membrane. Ceci garantit, entre autres choses, une distribution optimale de la pression, même à la base du profil du pneu. Cela permet également d'éviter tout déplacement du profil et de la gomme de liaison. Après la vulcanisation, il n'est pratiquement plus possible de distinguer un pneu rechapé d'un pneu neuf, si ce n'est par un marquage spécial.

Les pneus de camions sont rechapés au moins une fois en moyenne. Les pneus qui ne sont pas utilisés sur des voies de circulation publiques, comme des sites de construction ou des mines à ciel ouvert, peuvent être rechapés plusieurs fois. Environ 70 % du matériau du pneu est conservé, y compris l'enveloppe et une partie de la gomme. Les résidus de gomme issus du polissage sont utilisés comme source d'énergie.

Comparé à la fabrication d'un pneu neuf, le rechapage d'un pneu nécessite environ 50 % d'énergie et 80 % d'eau en moins. Il est également possible d'économiser jusqu'à 70 % du pétrole brut consommé. En moyenne, 50 kilogrammes de matières premières en moins sont nécessaires, ce qui correspond à environ 70 % d'économies. Les émissions de CO2 sont inférieures d'environ 30 % à celles résultant de la production de pneus neufs.


Abonnez-vous à notre newsletter « World of Vacuum » !
Abonnez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les dernières nouvelles du monde fascinant du vide.

S'ABONNER

* Ich möchte den vierteljährlich erscheinenden „World of Vacuum"-Newsletter von Busch per Email erhalten. Diese Einwilligung kann jederzeit am Ende des E-Mail-Newsletters widerrufen werden.