Douceur de sève d'arbre - Plus de sirop d'érable grâce au vide

Douceur de sève d'arbre - Plus de sirop d'érable grâce au vide

Le sirop d'érable canadien devient de plus en plus populaire dans le monde entier. Des pompes à vide sont utilisées pour extraire la sève directement sur l'arbre.
Maple-Syrup-Production-3.jpg

Selon la légende, c'est une amérindienne de la tribu des Iroquois qui a découvert l'incroyable douceur de l'eau de l'érable à sucre. Elle avait puisé de l'eau d'érable dans un tronc creux et avait été séduite par son goût délicieux. Ce qui est certain, c'est que bien avant Christophe Colomb, les habitants d'Amérique du Nord recueillaient déjà la sève des arbres dans de petits récipients, pour ensuite la faire bouillir et la transformer en sirop.

Les colons européens furent également séduits par cet aliment savoureux et s'approprièrent sa méthode d'extraction. Pendant longtemps, le principe d'extraction est resté inchangé. Ce n'est qu'à la fin du siècle dernier que le procédé a commencé à être amélioré grâce aux nouvelles technologies. À cette époque, les tuyaux étaient reliés aux chalumeaux entaillés dans le bois. Au lieu de s'égoutter dans des seaux individuels, l'eau d'érable était censée s'écouler dans de plus grands récipients de collecte. C'est également à cette époque que des pompes à vide ont été utilisées pour la première fois pour transporter le flux de sève.

Toutefois, ces nouvelles méthodes avaient leurs limites. L'eau d'érable ne peut être récoltée qu'au printemps lorsque les arbres finissent leur hibernation et se préparent à bourgeonner. À cette période de l'année, les nuits sont encore froides, ce qui signifie que les chalumeaux en métal et les raccords avaient tendance à geler, bloquant ainsi le flux de l'eau d'érable. De même, ils n'étaient pas très étanches, et il était donc impossible de maintenir un haut niveau de vide. Cette situation obligea le Canadien Donald Lapierre à développer dans les années 70, un système d'extraction utilisant des composants en plastique. Il fonda également la société Les Équipements Lapierre pour la production et la commercialisation de ce système.

Grâce à sa méthode, il a été possible de collecter l'eau d'érable de manière beaucoup plus efficace. Les chalumeaux en plastique étaient bien plus petits que les dispositifs conventionnels, ce qui était une bonne chose pour les arbres. Le Maple Research Center de l'Université du Vermont a étudié les effets de l'utilisation du vide sur les érables et sur le sirop et a ainsi pu déterminer qu'elle n'avait aucun impact négatif sur la santé des arbres ou sur la qualité du sirop.

Aujourd'hui, la production de masse utilise ce type de systèmes auxquels des milliers d'arbres sont reliés. Toutefois, jusqu'à récemment, la plupart des érablières utilisaient des pompes à vide à anneau liquide et des pompes à vide à palettes lubrifiées, une technologie communément utilisée pour la traite des vaches dans les fermes. Ces types de pompes à vide nécessitent une maintenance régulière, ce qui implique un travail considérable lorsqu'elles sont éparpillées à travers les forêts entre le Missouri et le Québec.

Une fois de plus, Les Équipements Lapierre en partenariat avec Busch Pompes à Vide et Systèmes trouvèrent la solution optimale. L'entreprise, qui est jusqu'à ce jour toujours gérée par son fondateur, propose des systèmes d'extraction équipés de pompes à vide sèches à becs Mink de Busch. Les pompes à vide sèches ne nécessitent aucun fluide de fonctionnement et sont quasiment sans maintenance. Elles génèrent un vide totalement propre, ne nécessitant aucun fluide de fonctionnement et sont par conséquent idéales pour la manipulation des aliments. Pour l'intégration de cette solution dans le domaine acéricole, l'entreprise Les Équipements Lapierre s'est vu décerner, en novembre 2018, le prix « Busch Innovation in Vacuum Award », qui vient récompenser chaque année la meilleure innovation en matière de vide.

Le sirop d'érable est essentiellement composé de saccharose et de fructose. Il s'agit essentiellement d'un édulcorant et donc, comme pour tout ce qui est sucré, il est recommandé de le consommer avec modération. Toutefois, sa teneur en sucre est de seulement 66 à 68 %. Par conséquent, il affecte moins l'index glycémique que le sucre ou le miel, tout en offrant une douceur merveilleusement unique.

De plus, hormis l'épaississement, le sirop d'érable est un produit brut naturel contenant de nombreux nutriments essentiels en plus des glucides et de l'eau. Cela inclut de nombreux minéraux et vitamines ainsi que des phénols qui pourraient avoir un effet antibiotique. Même les Amérindiens utilisaient cette douceur pour traiter les inflammations et les infections. Il a été possible de prouver, au travers d'un test en laboratoire, qu'un extrait de sirop d'érable pouvait considérablement augmenter l'effet des antibiotiques. Pour certaines souches bactériennes, il était ainsi possible de réduire la dose de plus de 90 %. La recherche n'en est qu'à ses débuts, mais on peut espérer que les phénols contenus dans le sirop d'érable permettront de trouver un nouveau moyen de réduire la résistance aux antibiotiques.


Abonnez-vous à notre newsletter « World of Vacuum » !
Abonnez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les dernières nouvelles du monde fascinant du vide.

S'ABONNER

* Ich möchte den vierteljährlich erscheinenden „World of Vacuum"-Newsletter von Busch per Email erhalten. Diese Einwilligung kann jederzeit am Ende des E-Mail-Newsletters widerrufen werden.