Le parfum subtil des écorces d'agrumes – Le vide assure une qualité exceptionnelle des produits

Le parfum subtil des écorces d'agrumes – Le vide assure une qualité exceptionnelle des produits

Les huiles essentielles ne sont pas seulement des substances volatiles, elles sont aussi extrêmement sensibles. Seuls des procédés de distillation minutieux permettent de préserver leur qualité particulière. Le vide abaisse le point d'ébullition, et permet de créer des parfums subtils.
Destilation-bergamot-4.jpg

Quiconque a lu l'étiquette du thé Earl Grey a pu y remarquer le terme « bergamote », la substance qui confère sa saveur toute particulière à ce thé populaire. Il est moins connu que la bergamote est un agrume qui serait issu d'un croisement entre l'orange amère et la limette (citron doux) ou le citron. Une huile essentielle avec cette senteur caractéristique est fabriquée à partir des zestes. Elle est présente dans pratiquement tous les parfums, et dans bien d'autres produits de l'industrie cosmétique. Les pompes à vide Busch jouent un rôle crucial dans sa fabrication.

Le meilleur de la Calabre

La bergamote est principalement récoltée en Calabre, dans le sud de l'Italie. L'huile essentielle de bergamote est presque exclusivement produite dans cette région. Les bienfaits uniques contenus dans la peau du fruit sont certainement dûs à l'environnement de la région : son sol et un climat aux étés prolongés, des précipitations abondantes au printemps et des hivers doux. De plus, depuis 2007, le Consorzio di Tutela del Bergamotto contrôle la qualité de l'huile de bergamote, qui porte le label Denominazione d'Origine Protetta (DOP), une appellation d'origine protégée. Des huiles aromatiques caractéristiques, à base des zestes d'autres agrumes, sont également produites en Calabre.

L'huile de bergamote est un mélange de plusieurs douzaines de composants différents, principalement des terpènes, et d'autres hydrocarbures. Pour extraire l'huile, les zestes des fruits sont d'abord réduits en petits morceaux et pressés, puis les solides sont séparés dans des centrifugeuses. Le produit proprement dit est ensuite distillé à partir de l'« huile brute » résiduelle. Dans un évaporateur dit « à couche mince » , le liquide passe à travers la paroi chauffée de l'évaporateur sous la forme d'un film fin. Cela génère une hausse de température très rapide jusqu'au point d'ébullition.

Point d'ébullition à température ambiante

Afin de préserver le produit délicat, le point d'ébullition qui est de 159 °C à une pression normale est réduit grâce au vide généré à l'intérieur de l'évaporateur. Pour ce faire, les fabricants se fient souvent aux solutions de vide Busch. Grâce à ces solutions, la distillation peut même se produire à température ambiante. Elles facilitent l'utilisation des distillateurs à court trajet – une variante de l'évaporateur à couche mince – qui requièrent une pression extrêmement basse.

La légende la plus populaire concernant le thé suggère qu'une cargaison sur un voilier a été mélangée durant une tempête. Les feuilles de thé auraient ainsi été mêlées à la bergamote. Au lieu de se débarrasser des marchandises coloniales éventuellement contaminées mais onéreuses, un soldat dénommé Earl Grey aurait eu l'idée de faire infuser le mélange et essayé de le boire. L'histoire est belle, mais tirée par les cheveux. Pour que les deux produits aient été transportés sur le même bateau, le thé aurait dû provenir de Calabre, ou la bergamote aurait dû venir de Chine...

L'explication la plus vraisemblable repose sur un détail anecdotique concernant le commerce du thé entre l'Europe et l'Asie, qui fut l'un des premiers à se globaliser au 19e siècle. Il a toujours été difficile de préserver les arômes des feuilles délicates lors des longs périples en mer. L'aromatisation avec divers matériaux et substances a permis d'augmenter la durée de conservation du thé ou, tout au moins, de couvrir l'odeur de renfermé de la cargaison. La bergamote s'est révélée particulièrement indiquée à cet égard.

Le Premier ministre britannique Charles Grey, un comte (« Earl ») anglais, a mis fin au monopole de la Compagnie des Indes orientales sur le commerce du thé en Chine en 1833. Les prix ont ensuite baissé, mettant le thé à la portée de larges pans de la population. Le nom de cette variété populaire était probablement un hommage vernaculaire à l'action tant appréciée du politicien.


Abonnez-vous à notre newsletter « World of Vacuum » !
Abonnez-vous dès aujourd'hui pour recevoir les dernières nouvelles du monde fascinant du vide.

S'ABONNER

* Ich möchte den vierteljährlich erscheinenden „World of Vacuum"-Newsletter von Busch per Email erhalten. Diese Einwilligung kann jederzeit am Ende des E-Mail-Newsletters widerrufen werden.